jeudi , 13 août 2020
Home » Chroniques » Sofia Ben » Vivement les vacances !

Vivement les vacances !

Aujourd’hui, j’ai la certitude que je ne suis pas la seule à vivre dans un monde parallèle. Nous sommes nombreux à faire de Facebook notre autre planète. Une planète où il fait bon vivre, où nous nous prêtons au jeu et où chacun peut être philosophe, écrivain et poète.

Nous partageons avec notre communauté des statuts qui peuvent avoir un grand sens comme ils peuvent n’en comporter aucun. En parlant de statut, il y en a un appartenant à un ami, qui m’a fortement interpellée: «Fini les vacances! Il est temps de passer aux choses sérieuses !» Nous n’avons pas besoin de lire entre les lignes pour comprendre que mon ami parle de travail ou d’études. Ce qui signifie aussi que les vacances, ce n’est une affaire sérieuse. Pourquoi alors prend-on autant de mal à partager son hésitation entre telle destination ou telle autre et entre tel hôtel ou autre ? Ces «choses sérieuses» dont parle mon ami m’intriguent, je décide alors de les chercher dans son journal. Histoire de savoir à quoi il va passer à l’avenir après avoir fait une croisière en Méditerranée. Après plusieurs heures passées à éplucher son journal, Niet, rien de sérieux sauf si l’on considère les blagues et les sautes d’humeur comme tel. Je creuse davantage auprès d’autres ami(e)s, mais rien de si sérieux qui ne m’interpelle. En tout cas, je n’ai presque pas vu sur un mûr quelqu’un qui se réjouit de sa journée à l’école ou de sa semaine au travail. Quand ça parle examens, c’est pour pleurnicher et dire qu’on est fatigué ou qu’on a peur. Et quand ça parle boulot, c’est pour se plaindre ou raconter des anecdotes.

Vous conviendrez avec moi que ça parle plus de loisirs sur les mûrs Facebook qu’autre chose. Mais c’est un espace de loisir, me diriez-vous ! Je répondrai que c’est plutôt un miroir qui reflète nos vies. De la blague qu’on raconte aux positions qu’on prend en passant par les défis qu’on relève ou qu’on ne relève pas, nous ne faisons que dessiner notre image ou celle qu’on souhaite avoir.

Revenons aux choses sérieuses, ces défis dans l’air du temps que nous avons déclinés, de la sclérose en plaques au don de sang en passant par des dérapages limite absurdes. Le Ice bucket Challenge est-il alors une affaire sérieuse ? Oui, ça le sera, si le Centre National de Transfusion Sanguine afficherait une hausse conséquente de don de sang. Se mouiller avec un seau de glace, d’eau froide, ou même tiède (qui sait ? Facebook n’affiche pas les températures des vidéos), à lui seul, est plus une affaire spectaculaire que sérieuse. Relever un challenge pour être solidaire est une bonne approche. Mais avons-nous besoin de défi pour œuvrer pour le bien des autres ? Peut-être qu’il faut qu’on soit poussé à bout pour agir ou plutôt réagir. Mais tout dépend, encore faut-il que la réaction soit dans notre champ de compétences. Le peu de buzz qu’a enregistré le défi de poster la liste de ses dix dernières lectures montre les limites de nos capacités à relever les challenges. Certes il n’est pas facile de demander à un peuple qui ne consacre, en moyenne, que deux petites minutes par an à la lecture de publier la liste de ses dix livres récemment lus. En incluant sa première histoire pour enfant et sa première BD, on n’y arrivera peut-être pas. Certains de nos intellectuels l’ont fait, d’autres pseudos intellectuels intelligents l’ont fait aussi, mais les commentaires autour des œuvres lues ne battent pas leur plein. Ca varie entre «excellent livre», «Mois aussi je l’ai lu» ou «Je compte le lire dès que je termine celui qui est entre mes mains». Mais ce qui m’a intriguée le plus, c’est que je n’ai pas vu un Facbooker prendre une douche de glace ou qui dit haut et fort : je n’ai pas lu 10 livres durant toute ma vie.

Revenons au statut de mon ami, moi à sa place j’aurais écrit «Fini les vacances, passons à la routine». Oui parce qu’au moins, avec la période des vacances et le partage des statuts des uns et des autres, nous avons pu faire le tour du monde, découvrir des destinations magnifiques et des photos captivantes. Pour finir, je nommerai ainsi les vacances la chose la plus sérieuse de l’année et de surcroît sans aucun défi !

Check Also

A l’autre bout du monde

Je n’ai pas regardé un seul match de la Coupe du monde. Je n’ai été …